Pseudo-sciences Santé Société

Débunk de la vidéo de Christian Tal Schaller – #VACCINS

Le présent article ne cherche pas à défendre absolument l’industrie pharmaceutique, qui a ses défauts, et dont le sujet mériterait un livre à lui tout seul. Nous essayons de répondre spécifiquement à une vidéo, qui a été beaucoup diffusée, qui colporte des idées reçues souvent utilisées par les militants anti-vaccins. Pourquoi cette vidéo spécifiquement ? Car le monsieur est médecin, son discours est donc empreint d’une certaine autorité. Et pourtant…

C’est un exercice intéressant, car il nous permet d’aborder certains éléments récurrents, certaines méthodes, certains sophismes abondants sur les réseaux sociaux. Ainsi, vous serez mieux parés !

Juillet 2017, le gouvernement français annonce la prochaine obligation vaccinale. 11 vaccins au lieu de 3 seront désormais obligatoires pour les enfants. La réaction des réseaux sociaux ne s’est pas faite attendre, les militants anti-vaccins devenant plus actifs que jamais.

Devant la masse de commentaires, d’articles ou de vidéos partagées, normal que les parents, soucieux du bien-être de leur progéniture, commencent à douter. La psychologie sociale nous apprend que l’on est influencé par le comportement des autres, d’autant plus si des idées sont colportées par un grand nombre. De plus en plus ancrées dans notre quotidien, certaines idées, lorsqu’elles deviennent très courantes, se transforment en croyances collectives, pénétrant notre représentation du monde. (“Elles sont bien plutôt le résultat d’une « imprégnation » cognitive qui s’effectue lors de la socialisation.“)

Vous croyez que les marques dépenseraient autant d’argent dans la publicité si il nous suffisait de nous dire “je sais que c’est pour vendre, je ne serais pas influencé” ? On est influencé, qu’on le veuille ou non. A force, les publicitées qui nous accompagnent partout créent un sentiment de proximité avec les marques qu’elles nous vantent. Et quand nous nous retrouvons face à un choix, choisir la marque que l’on connaît nous semble plus naturel.

Il en va de même pour les idées. Lorsque nous sommes face à un choix, nous sommes soumis à tout un tas d’influences qui vont orienter notre décision.

Globalement, je pense ne rien vous apprendre, on sait tous que l’humain est un animal social, rien de plus normal. Mais chacun pense être meilleur que les autres au jeu du libre arbitre. Les moutons, c’est toujours les autres !

Lorsque l’ensemble de la société a tendance à être plutôt pour les vaccins, rien de plus normal qu’une minorité, pensant mieux savoir que les autres, s’oppose à l’idée que la vaccination puisse être bénéfique. Surtout quand ils sont inspirés par une méfiance excessive envers tout ce qui est dit “officiel”. Et dans l’état actuel de nos sociétés occidentales où la dominance capitaliste pose de nombreux problèmes, la méfiance envers les puissantes industries se retrouve exacerbée. Surtout quand ces industries ont connus des scandales tels que le Médiator ou la Dépakine.

Et quelque part, si les gens se tournent de plus en plus vers une médecine plus “naturelle”, l’industrie pharmaceutique subit un revers de médaille certainement mérité. Quand il s’agit de santé, la rigueur, l’honnêteté et la droiture sont indispensables, et ces écarts sont clairement impardonnables. 1)Nous utilisons le terme “industrie pharmaceutique”, mais c’est pour des raisons pratique… Car en effet, ça sous-entend que l’ensemble des acteurs de cette industrie peuvent être ranger sous une même bannière. Celle du “tous pareil”. C’est ce qu’on appelle de l’essentialisme. Et c’est un raccourcis intellectuel pratique, mais qui peut conduire à des biais de raisonnement. Ce n’est évidemment pas notre propos…

Et c’est tout le problème de la situation actuelle. L’idéologie anti capitaliste, anti industrie pharmaceutique est justifiable sur plein de points, mais ce n’est pas pour cela que l’utilité des médicaments et des vaccins doivent être remise en cause dans son entièreté ! Ce n’est pas pour cela qu’il est judicieux de dire ou croire n’importe quoi, juste pour contredire les fondement de la médecine moderne.

Et d’ailleurs, les médecins ne sont pas dupes, comme l’atteste une liste de médicaments “à éviter pour mieux soigner” publiée chaque année depuis 5 ans par la revue médicale Prescrire. Cette liste est le suivi des effets secondaires de médicaments sur le long terme, mis en parallèles avec le résultat des soins. Pour l’année 2017, il n’hésitent pas à déconseiller 91 médicaments.

Entrons enfin dans le vif du sujet, avec cette vidéo datant de 2014, mais qui ressort aujourd’hui, en plein débat sur les 11 vaccins.

[extrait de la présentation de Christian Tal Schaller]

Nous n’allons pas juger de la pertinence ou non de ces pratiques, nous allons parler des choses qu’il présente comme des faits, et des techniques qu’il utilise.

Déjà, le fait de se présenter comme médecin, mais également praticien de tout plein de méthodes “alternatives” permet de suggérer l’idée que la médecine, et donc la science, reconnaît ces pratiques comme efficaces, ce qui est faux.

Même si nous n’irons pas plus loin sur le sujet aujourd’hui : il y aurait trop de digressions.

[l’immunologie permet de démontrer que tous les postulats sur les vaccins sont faux : ils sont inefficaces, inutiles, dangereux]

Voilà une affirmation surprenante, surtout quand le plus grand centre français dédié au développement des connaissances sur le système immunitaire, le CIMI, ne remet aucunement en cause les vaccins et travaille même sur de nouvelles techniques d’administrations de ceux-ci. Et si les immunologues sont payés par les labos pour cacher la vérité… Comment saurait-on que l’immunologie démontrent l’inverse de ce qu’elle dit ? hum ?

[Les vaccins accélèrent la production d’anticorps dans le sang]

Ce n’est pas du tout le rôle des vaccins. Ils activent en effet une réponse immunitaire, mais ne permet en rien la fabrication de plus d’anticorps. Non, la vaccination permet de développer des cellules immunitaires « mémoires », capables de reconnaître immédiatement l’agent pathogène s’il venait à infecter l’individu par la suite. C’est ça le rôle du vaccin : il ne permet pas au corps de créer plus d’anticorps, mais il donne la capacité aux cellules immunitaires de répondre immédiatement par la production d’anticorps spécifiques, ciblés.

La vidéo d’Un peu pointu, vous éclairera à ce sujet.

[Immunité humorale / cellulaire : les vaccins font baisser l’immunité des gens]

C’est vrai que nous avons deux systèmes immunitaires distincts, humoral et cellulaires, mais… Ils communiquent entre eux , et ils ont même certaines interactions avec le système nerveux ! C’est dire à quel point ça communique dans notre corps ! Le docteur Schaller semble donc ici montrer ses limites en connaissances médicales. N’hésitez pas à consulter nos sources.

[La vaccinologie ce n’est pas du cas par cas, c’est pour tout le monde la même chose, donc c’est pas bien]

Oui, c’est vrai que certaines personnes peuvent avoir un système immunitaire moins efficaces que d’autres, et c’est effectivement propre à chacun, à ses propres facteurs génétiques, à des maladies, à l’âge, etc.

Mais concernant l’action du vaccin lui-même… Il ne s’agit pas ici de soigner : L’idée est de fournir une mémoire au système immunitaire. Et pour faire ça, la méthode est la même pour tout le monde : inoculer un agent pathogène mort ou inactivé, afin qu’il soit reconnu les prochaines fois où il pénètrera le corps. Comment faire autrement pour créer cette mémoire, sans attraper la maladie elle-même ?

Maladies qui peuvent avoir de graves conséquences physiologiques ou vitales, rappelons-le.

[les statistiques de l’OMS disent que les enfants vaccinés meurent deux fois plus que les non vaccinés. ].

Il serait bon de les montrer, ces statistiques, afin que tout le monde puisse se faire un avis. Comme nous ne savons pas exactement de quelles statistiques il s’agit, nous pouvons nous tourner vers l’étude Kiggs, qui a fait beaucoup de bruit. Étant portée sur plus de 17 000 personnes, on estime en effet que ses résultats sont plutôt solides.

Selon les sites alternatifs de santé qui ont parlés de cette étude, les enfants non-vaccinés seraient globalement en meilleure santé. Pourtant… Il semblerait que ces dires aient été interprétés, ou carrément fabriqués par des militants, et ensuite copié-collé sans vérifications sur tout un tas d’autres sites.

Car nous sommes allé voir par nous-même, et voici ce qu’on trouve en conclusion :

(il s’agit de traductions google trad)

Il faut donc se méfier des éléments présentés comme des faits dans les discours militants. D’ailleurs allez vérifier vous-même : les liens sont fournis.

Aussi, il est important de préciser que lorsque des statistiques disent que parmis les gens malades, il y en a plus de vaccinés… C’est NORMAL ! Car il y a beaucoup, BEAUCOUP, plus de gens vaccinés. Et les vaccins ont une efficacité généralement forte, mais limitée. On peut être vacciné mais ne pas être immunisé… Je vous renvoie à nouveau vers les sources, où vous trouverez un article fort intéressant sur ce problème de raisonnement statistique lié au nombre de personnes vaccinées.

Niveaux de CV. 20% 50% 95% 100% Taille population Nbre de vaccinés Nbre de protégés (90%) Nbre de vaccinés malades Nbre de non vaccinés Nbre total de malades Pourcentage de vaccinés. 2/82. 5/55. 10/15. 10/10. parmi les cas. = 2,4% = 9% = 67% = 100% Efficacité vaccinale du vaccin rougeoleux = 90% CV = Couverture Vaccinale.

Pour en revenir au docteur Tal Schaller, il cite l’OMS comme source, on peut donc supposer que pour lui l’OMS est une source fiable. Pourtant l’OMS dit bien que les vaccins sont important :

http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2015/measles-vaccination/fr/

Donc bon…

[Ce qui tue ce n’est pas les maladies mais le manque d’hygiène]

Le manque d’hygiène à une part importante dans la transmission des maladies. Mais il ne suffit pas d’évoluer dans un environnement propre et de se laver les mains pour lutter contre des maladies qui se transmettent à cause de la toux ou d’éternuements par exemple. De plus, même dans notre société plus hygiénique que celles du tiers monde, l’hygiène est loin d’être parfaite.

Et surtout… Jamais l’hygiène ne protègera contre le tétanos, qui se trouve essentiellement dans le sol, ou contre l’hépatite B, qui se transmet par les fluides corporels.

[les vaccins tuent les enfants du tier monde. Vous ne le savez pas parce qu’on ne vous le dit pas]

C’est le sophisme de l’appel à l’émotion. On raconte un truc qui va faire vibrer la corde sensible. Mais aucune preuve. Je rappelle quand même que les enfants du tiers monde meurent surtout de malnutrition et de maladies comme le paludisme… Donc, il nous donne “une vraie vérité” qui mériterait selon lui qu’on s’y attarde, mais comme “on nous cache la vérité” … Ben on ne peut pas savoir, en fait !

Le problème de ce type de discours, c’est qu’on peut y faire dire n’importe quoi. N’importe qui peut justifier ses croyances personnelles avec un discours conspirationniste. On nous cache peut être qu’une théière cosmique tourne autour de la terre, qui sait !?!

Ca ne veut pas dire qu’il n’y a aucune conspiration, mais qu’une affirmation extraordinaire, nécessite des preuves plus qu’ordinaires. Et que c’est à celui qui affirme de prouver.

On attend toujours…

[Les vaccins sont fait pour rendre les gens malades et vendre des médicaments]

Là encore, un discours conspirationniste sans preuve…

Oui l’industrie profite des ventes. Evidemment. Mais la nature est telle qu’il n’y a pas vraiment besoin de créer des maladies, il y en a déjà suffisamment pour gagner plein de blé !

Et je ne vois pas comment cette industrie, aussi riche soit-elle, pourrait faire taire tous les immunologistes et vaccinologues de la planète, et tous les autres scientifiques qui travaillent de près ou de loin sur les effets des vaccins. Ca fait beaucoup. Les scientifiques auraient-ils tous si peu d’éthique ? Et surtout, en vrai, ils bossent sur quoi ? Ils passent leur temps à boire des cafés en matant Game Of Thrones ?

C’est absurde, d’autant plus si on constate que le consensus scientifique sur le réchauffement climatique ne parvient pas à être enrayé par la PLUS GROSSE industrie au monde, celle du pétrole, associée à l’industrie automobile et aux gros industriels créateurs de gaz à effets de serre… Ils ont pourtant essayé de faire taire des scientifiques, ils ont financés des études falsifiées, ont payés des scientifiques qui se faisaient entendre dans les médias, etc. Et bien non, le consensus scientifique est resté clair à ce sujet… Alors pourquoi l’industrie pharmaceutique y arriverait les doigts dans le nez ?

[gardasil contient de la mort aux rats]

C’est… presque vraiIl contient du borate de sodium. Qui est utilisé dans la mort au rat, et dans plein d’autres choses, mais ce n’est PAS la molécule active, ce n’est PAS le poison.

Un produit peut avoir plusieurs utilisations, selon sa dose et ses conditions d’utilisation. Citer une utilisation dégoûtante ou effrayante d’un produit ne nous dit pas grand chose sur la sécurité de sa consommation par l’humain. Sinon, on n’oserait pas boire d’eau car elle est également utilisée dans les WC !

C’est facile -et malhonnête- d’utiliser un produit connu pour être un poison pour faire peur, alors qu’en fait, c’est nettement moins effrayant quand on sait que ce n’est pas le produit utilisé qui est toxique et surtout quand on sait que la toxicité dépend de la dose… Même l’eau peut être mortelle. (voir image ci-contre)

[un bébé reçoit 1000 fois la dose annuelle d’aluminium pour un adulte]

Absurde.

La DJA (MRL en anglais) est fixée à 1mg/kg/j. C’est à dire que pour un bébé d’un an, d’environ 6 kg par ex, il lui faudrait plus de 6 mg d’aluminium par jour pour que ça soit potentiellement toxique pour lui, à long terme. Pour un adulte de 70kg, il faudrait donc 70 mg par jour… La limite d’aluminium par dose vaccinale est fixée à 0,85 mg. La dose d’aluminium présente dans les vaccins du calendrier vaccinal en France est toujours inférieure à ce seuil. Et c’est une fois par an. Les deux premières années. Et encore moins souvent par la suite.

Donc sa comparaison essaye juste de faire peur en jouant sur la corde sensible de la fragilité d’un bébé. C’est un procédé extrêmement malhonnête.

[On retrouve des pesticides dans les saumons]

C’est VRAI. Enfin un truc vrai !

Maintenant, ce n’est pas vraiment alarmant, vu les doses (voir la question des DJA expliquée précédemment). Le plus rigolo dans cette histoire, c’est que ce sont les saumons Bio qui sont le plus contaminés. Comme quoi, le bio n’est pas exempt de défauts !

[Il parle d’études très fortes en citant… Un livre]

Il dit qu’il y a des études très fortes, et pourtant il nous donne un livre comme sources !

On aurait préféré aller voir directement ces études… Encore une fois, une affirmation péremptoire non sourcée.

La différence entre une étude et un livre est majeure ! Les études scientifiques sont publiées dans des revues spécialisées. Avant d’être publiées, leur méthodologie est vérifiée (des fois mal vérifiées, mais souvent bien) par des spécialistes du domaine qui sont non rémunérés pour ce travail (c’est considéré comme partie intégrante du travail de scientifique). Une fois publiées, l’étude est soumise au regard de tous les autres spécialistes du domaine, leur permettant de répliquer l’expérience, afin de voir s’ils trouvent ou non les mêmes résultats. Les résultats discordants sont analysés, afin de déterminer si la discordance est due à des biais méthodologiques ou à une réalité, et le cas échéant pourquoi cette réalité n’a pas fonctionné partout pareil (tout un tas de facteurs sont possibles). C’est un processus long, complexe et rigoureux, bien loin de la publication d’un livre chez un éditeur inconnu.

Alors il semblerait que l’auteur du livre se base sur quelques études… Mais apparemment les interprète à sa sauce…

Citer des sources, c’est bien… Ne pas en déformer le sens, c’est mieux !

[Ensuite il enchaîne avec ce qu’on appelle des arguments d’autorités]

Voilà ce qu’on appelle des arguments d’autorités.

C’est à dire que parce que les messieurs cités sont médecins ou biologistes, c’est forcément qu’ils ont raison. Ca fait son petit effet sur le commun des mortels, mais ça peut-être totalement fallacieux, surtout que l’immunologie est un secteur complexe de la biologie, il vaut mieux être spécialiste de la question.

Jouons nous aussi un peu avec les arguments d’autorités : La vidéo de la Tronche en biais, sourcée elle, est réalisée par un biologiste, avec l’aide d’une immunologue, d’un vaccinologue et d’un médecin.

[les gentilles bactéries dans le corps]

C’est tout à fait vrai. Sauf que certaines bactéries sont dangereuses pour nous, mais pas forcément pour d’autres animaux, et certaines non dangereuses pour nous le sont pour d’autres animaux. Son raisonnement ne tient pas…

[L’immunité n’est pas une armée qui va détruire tous les virus et bactéries.]

Si, justement. Encore une allégation qui contredit des choses acquises avec la méthode scientifique expliquée précédemment. C’est la seule méthode qu’on connaisse pour fabriquer de la connaissance. Si le monsieur connaît mieux, qu’il en fasse part au monde entier, je pense que ça en intéressera plus d’un ! Et puis bon, le corps sait détecter les bactéries et virus “amis”. S’il ne savait pas le faire il attaquerait tout, tout le temps, et on mourrait.

[Les maladies infectieuses sont des maladies de nettoyages.]

En un mot, elles nous font du bien quoi…

Non mais sérieusement ?

Difficile de l’imaginer aller dire ça aux familles qui ont perdus un des leurs atteints du paludisme, du sida, ou de la tuberculose ! Ou à des gens qui ont développés une cécité visuelle à cause d’une conjonctivite non soignée. C’EST GRAVE de dire ça !

[Le fait qu’il y ai une propension à la trop grande utilisation des antibiotiques]

C’est vrai, nous utilisons un peu trop facilement les antibiotiques. D’ailleurs c’est pour ça qu’il a été inventé le slogan “les antibiotiques, c’est pas automatique”. Sauf qu’évidemment, c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais c’est pas à cause des méchants industriels qui obligent les médecins à prescrire des antibio, mais plus au fait que les gens préfèrent guérir vite, et que le système de travail est fait de telle sorte que si on reste trop longtemps en congé maladie on perd de l’argent. Alors, on veut guérir vite… Forcément.

[La médecine moderne est devenue la pire cause de maladie qui soit]

Encore une affirmation non sourcée. Ca commence à faire beaucoup. La seule source que nous avons trouvé reliant le chiffre de 700 000 morts à cause des médicaments, c’est un chiffre, apparemment réel, due à des… Contrefaçons, distribuées en Afrique, Asie et Amérique latine…

[Les cas d’autisme reliés au vaccins]

Faux.

Cette idée est basée sur les travaux d’Andrew Wakefield, qui ont été démontrés frauduleux.. Jamais aucune étude n’a réussi à retrouver les résultats de Wakefield (ce qui a jeté un doute sur ses travaux, et au final, en plus d’une méthodologie discutable, il s’est avéré être un plan marketing planifié. Voir le lien ci-dessus.).

De plus l’autisme, même s’il est multifactoriel, a une cause en grande partie prénatale, on a aussi relié les troubles autistiques à un certain type de microbiote spécifique. Donc pas de “lien logique” avec les vaccins à ces niveaux là (et les expériences menées n’ont donc rien trouvé non plus).

—————————————————-

Notes supplémentaires :

  • N’oublions pas que le monsieur vend un livre ! Il le dit lui-même. Et en cherchant mieux, il s’avère qu’il a été poursuivi en 1997 pour non-inscription au registre du commerce et de travail illégal (il vivait de ventes de livres et de conférences et autres séminaires). Après il semble qu’il ait été soumis à des jugements assez sévères, mais c’est surement dû aux fait qu’à l’époque il a été suspecté d’avoir été proche du mouvement de la secte du temple solaire (qui s’était tous suicidés dans un feu de joie). Ce qui n’a jamais été prouvé. Bref, il a tout intérêt à propager le doute et la peur, car ce sont les deux éléments qui font le plus vendre. Il n’y a pas que chez les labo qu’il y a des conflits d’intérêt, même si les intérêts sont moins colossaux, pour lui, ca lui permet de se sustenter sans vraiment travailler. C’est coolos. Tout cela engage à rester méfiant.
  • Il y a eu des scandales sanitaires. Mais qui les a révélés ? La science. Depuis le scandale du médiator, on a créé l’ANSM, qui remplace l’Afssaps pour la sécurité médicamenteuse. Son fonctionnement est différent et plus sécurisé. Et au final… Combien de scandales ont a connus (par
  • scandales, comprendre “faits avérés de manipulations de l’information”) ? En ouvrant le secteur hors du médicament, on a l’amiante, le médiator, le sang contaminé… Des affaires toutes amenées sur la place publique par des médecins, des scientifiques… On est loin de l’omerta qu’annonce Christian Tal Schaller. Parfois ça prend du temps, car la science est un processus très lent, et après il faut que l’information remonte publiquement, et que les instances fasse quelque chose. Des fois y a des conflits d’intérêts qui ralentissent le processus. Mais l’essentiel, c’est qu’on arrive à révéler les choses. Mais TOUJOURS avec des preuves solides. C’est la base.

—————————————————-

Approfondir la question :

La vaccination induit des réponses immunitaires cellulaire ET humorales, et pour le BCG, ça marche même par voie orale : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/0264410X9390096G

Le systeme immunitaire en image [anglais] : http://wp12070603.server-he.de/

OMS : vaccination, la situation dans le monde (2010) : http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/44209/1/9789242563863_fre.pdf

10 idées fausses sur les vaccins : http://www.who.int/features/qa/84/fr/

un lien qui reprend quelques affirmations qu’on trouve dans cette vidéos, en les remettant dans le droit chemin : https://theierecosmique.com/2015/06/19/vaccins-danger-les-preuves-scientifiques/

Idées fausses sur les 11 vaccins : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/07/11/antivaccins-des-mensonges-dans-un-debat-legitime_5159187_4355770.html

Notes

Notes
1 Nous utilisons le terme “industrie pharmaceutique”, mais c’est pour des raisons pratique… Car en effet, ça sous-entend que l’ensemble des acteurs de cette industrie peuvent être ranger sous une même bannière. Celle du “tous pareil”. C’est ce qu’on appelle de l’essentialisme. Et c’est un raccourcis intellectuel pratique, mais qui peut conduire à des biais de raisonnement. Ce n’est évidemment pas notre propos…

Vous pourriez également aimer...

20 commentaires

  1. Ghanem a dit :

    Ok. Merci pour le décryptage ou j’ai appris quand même pas mal de choses.

    Cependant, que dites vous aux parents qui ont vu leur enfants devenir autiste juste après une injection ? Allez vous aussi dire que cela n’est pas du au vaccin comme le font tout les docteurs ?

    1. Mr Rabbit a dit :

      Bonjour,
      désolé pour la réponse tardive. Le fait que des enfants deviennent autiste après une injection de vaccin est une corrélation, mais ce n’est pas parce qu’il y a corrélation qu’il y a causalité. Déjà, les études permettent de regarder les corrélations sur un TRES grand nombre de cas, et là on peut voir que le nombre de cas d’autisme déclaré après injection ne représentent qu’une infime partie des cas d’autisme : un taux qui -d’un point de vue statistique- est pile poil dans ce que donnerait le hasard…
      De plus, il est existe un grand nombres de données qui sont corrélée mais qui n’ont AUCUNE causalité intrinsèque. Il y a même un site dédié (en anglais), sinon il y a ça en français :
      https://www.courrierinternational.com/grand-format/statistiques-les-correlations-de-labsurde

      1. Ghanem a dit :

        Bonjour,
        Récapitulons. Votre enfant est en parfaite santé. Vous l’amener chez le médecin pour lui faire son vaccin. Après ce vaccin, le gamin devient autiste. L’autisme n’est pas quelque chose qui prend du temps avec une période d’incubation. C’est instantané. Cela se passe dans la minute qui suit l’injection. Et vous osez nous parler de corrélation. Je vois même le mot « AUCUNE causalité « . C’est vraiment à pleurer.
        Voilà pourquoi les gens se tourne vers des personnes comme le docteur Tal Schaller. De la logique, du bon sens. (Après, je ne suis pas d’accord sur tout. Notamment quand il parle d’anges…)
        Les gens voient qu’il y a un problème et qu’on leur ment. Entre les médecins qui sont dans un déni de réalité permanent, l’industrie pharmaceutique qui nous vaccinera bientôt in-utero et les médias comme vous qui font de même, il n’y a aucun espoir.
        Faut il donc attendre que cela touche vos gosses pour réaliser cette catastrophe ?

        1. Mr Rabbit a dit :

          Si c’est dans la minute, c’est pas le vaccin. La piqûre peut être un acte interprétée comme invasif par un enfant, d’autant plus s’il a une tendance autistique. L’acte peut être déclencheur d’un état qui se serait déclenché de toute façon pour une raison ou une autre.
          Un avis subjectif d’un parent NE PEUT PAS être un preuve. Pour avoir une certitude il faut éliminer les biais interprétatifs via la méthode scientifique. Il n’y a pas d’autre solution pour écarter la confusion entre corrélation et causalité.

      2. maxoverview13 a dit :

        Pour les enfants autistes après vaccination la réponse est ici, mais en anglais, j’ai pas espoir que le débat contradictoire (la démocratie participative) soit honorée ici mais je tente le coup: https://www.vaccinechoiceprayercommunity.org/blog/aborted-fetal-dna-in-vaccines-and-the-truth-about-stem-cellstheresa-deisher-phd

        En français traduit :
        Dr. Theresa Deisher: Lettre ouverte aux législateurs sur l’ADN fœtal dans les vaccins – rusty james news
        9-12 minutes

        CLM200901_Mallon-810×425-624×327

        Je m’appelle Dr. Theresa Deisher. Je suis le fondateur et le scientifique principal du Sound Choice Pharmaceutical Institute, dont la mission est d’informer le public sur la sécurité des vaccins et de faire pression sur les fabricants pour qu’ils fournissent au public des vaccins meilleurs et plus sûrs. J’ai obtenu mon doctorat en physiologie moléculaire et cellulaire à l’Université de Stanford en 1990 et j’ai terminé mon travail postdoctoral à l’Université de Washington. Ma carrière a été passée dans l’industrie de la biotechnologie commerciale et j’ai travaillé de la découverte de bases biologiques et de médicaments au développement clinique.

        Je vous écris au sujet de faits scientifiques non réfutés sur les contaminants de l’ADN fœtal dans le vaccin rougeole-oreillons-rubéole, qui doivent être portés à la connaissance des législateurs et du public.

        Le vaccin MMR II de Merck (ainsi que la varicelle, Pentacel et tous les vaccins contenant Hep-A) est fabriqué à l’aide de lignées de cellules fœtales humaines et est fortement contaminé par l’ADN fœtal humain issu du processus de production. Les taux chez nos enfants peuvent atteindre 5 ng / ml après la vaccination, en fonction de l’âge, du poids et du volume sanguin de l’enfant. Ce niveau est connu pour activer le récepteur Toll-like 9 (TLR9), qui peut provoquer des attaques auto-immunes.

        Pour illustrer la capacité auto-immune de très petites quantités d’ADN fœtal, considérons ceci: le travail est déclenché par l’ADN fœtal du bébé qui s’accumule dans le sang de la mère, ce qui déclenche un rejet immunitaire massif du bébé. Ceci est le travail.

        Cela fonctionne comme ceci: des fragments d’ADN fœtal [i] provenant d’un bébé de 300 paires de bases environ se retrouvent dans le sérum d’une femme enceinte. Lorsqu’ils atteignent 0,46 à 5,08 ng / mL, ils déclenchent le travail via le mécanisme TLR9 [ii] . Les taux sanguins correspondants sont de 0,22 ng / ml et de 3,12 ng / ml. Les niveaux d’ADN fœtal chez un enfant après avoir reçu une injection de vaccins fabriqués par le fœtus atteignent le même niveau qui déclenche le rejet auto-immun de bébé par la mère.

        Quiconque affirme que l’ADN fœtal contaminant nos vaccins est inoffensif ne connaît rien de l’immunité et des récepteurs Toll-like ou ne dit pas la vérité.

        Si l’ADN fœtal peut déclencher le travail (une réaction auto-immune naturellement souhaitée), les mêmes niveaux dans les vaccins peuvent déclencher l’auto-immunité chez un enfant. L’ADN fœtal fragmenté contenu dans les vaccins a une taille similaire, environ 215 paires de bases. [iii]

        Ceci est une preuve biologique directe que les ADN fœtaux contenus dans les vaccins ne sont pas en faibles quantités inoffensives. Ils sont un très puissant déclencheur pro-inflammatoire .

        L’administration de fragments d’ADN fœtal (primitif) humain non primitif à un enfant pourrait générer une réponse immunitaire qui aurait également une réaction croisée avec son propre ADN, car l’ADN contaminant pourrait avoir des sections de chevauchement très similaires à l’ADN de l’enfant.

        Les enfants autistes ont dans leur circulation des anticorps anti-ADN humain que les enfants non autistes n’ont pas. Ces anticorps peuvent être impliqués dans des attaques auto-immunes chez les enfants autistes. [iv]

        Dans une étude récente, l’Université Duke a démontré que des améliorations significatives du comportement étaient observées lorsque des enfants atteints de troubles du spectre autistique étaient traités avec leur propre sang de cordon ombilical autologue [v] . Ce traitement montre clairement que la plupart des enfants autistes ne naissent pas avec ce produit, car des maladies génétiques telles que le syndrome de Down ou la fibrose musculaire ne peuvent pas être traitées avec des cellules souches autologues. Par conséquent, un déclencheur environnemental, ou déclencheurs, introduit dans le monde vers 1980 lorsque l’autisme a commencé à augmenter, doit être identifié et éliminé ou réduit dans l’environnement.

        Il existe une forte corrélation de points de changement entre la hausse des taux d’autisme et le passage de la fabrication d’un vaccin de lignées cellulaires d’origine animale au vaccin antirubéoleux à des lignées cellulaires avortées chez l’homme à la fin des années 70 [vi] .
        Le point de changement le plus tôt pour l’année de naissance du trouble autistique (AD) a été identifié pour 1981 pour les données californiennes et américaines, précédé d’un changement de processus de fabrication:
        En janvier 1979, la FDA a approuvé le remplacement du virus de la rubéole par le virus de la rubéole d’origine animale (virus du passage élevé, HPV-77, cultivé par exemple dans des cellules d’embryon de canard) sur la lignée de cellules foetales humaines WI-38 en utilisant la souche du virus RA27 / 3 [ vii] . Le vaccin monovalent contre la rubéole nouvellement approuvé et un vaccin trivalent contre les oreillons, la rougeole et la rubéole utilisent la lignée de cellules foetales WI-38 pour la fabrication de la portion du vaccin antirubéoleux.
        Avant 1980, le trouble du spectre autistique était une maladie très rare, presque inconnue. Selon les chiffres du CDC, le taux d’autisme en 2014 était de 1 enfant sur 59, une très forte augmentation depuis 2000, année où il était de 1 sur 150. CDC: «Le coût total par an pour les enfants atteints de TSA aux États-Unis Selon les estimations, le budget des États se situerait entre 11,5 et 60,9 milliards de dollars américains (2011) [viii] .  »
        Récemment, des duplications et des suppressions de novo ont été reconnues dans jusqu’à 10% des troubles du spectre de l’autisme simplex, corroborant les déclencheurs environnementaux sur la génétique des troubles du spectre de l’autisme [ix] .
        La partie rubéoleuse du vaccin ROR contient des contaminants d’ADN fœtaux d’origine humaine d’environ 175 ngs, soit plus de 10 fois le seuil recommandé par l’OMS (10 ng par dose de vaccin) [x] .
        Aucun autre médicament sur le marché ne serait approuvé par la FDA sans un profil de toxicité complet (la FDA suit les directives internationales de l’ICH) -> l’industrie pharmaceutique n’a jamais procédé à la contamination de l’ADN dans le vaccin ROR.
        Les vaccins produits avec des lignées de cellules fœtales humaines contiennent des débris cellulaires et des contaminants.
        ADN humain résiduel, qui ne peut pas être complètement éliminé lors du processus de purification du virus en aval [xi] . De plus, l’ADN n’est pas seulement caractérisé par sa séquence (ATCG), mais également par sa modification épigénétique (par exemple, le schéma de méthylation de l’ADN, etc.). Cette décoration est hautement spécifique à une espèce. C’est pourquoi l’ADN non humain sera éliminé par l’activation de TLR9 et la production d’anticorps contre l’ADN non humain qui en découle, alors que ce n’est pas nécessairement le cas avec l’ADN humain fœtal.

        Injecter à nos enfants des contaminants de l’ADN fœtal humain comporte le risque de causer deux pathologies bien établies:

        1) Mutagenèse par insertion: l’ADN humain fœtal est incorporé dans l’ADN de l’enfant et provoque des mutations. La thérapie génique utilisant la recombinaison homologue de petits fragments a démontré qu’une valeur aussi faible que 1,9 ng / ml de fragments d’ADN entraîne l’insertion dans le génome des cellules souches de 100% des souris injectées [xii] . Les taux de fragments d’ADN fœtal humain chez nos enfants après la vaccination avec les vaccins contenant le vaccin RRO, Varivax (varicelle) ou contre l’hépatite A atteignent des niveaux supérieurs à 1,9 ng / ml.
        2) Maladie auto-immune: l’ADN humain fœtal amène le système immunitaire de l’enfant à attaquer son propre corps.

        Une préoccupation supplémentaire: la contamination par les rétrovirus.

        Le rétrovirus endogène humain K (HERVK) est un contaminant du vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole [xiii] .

        HERVK peut être réactivé chez l’homme [xiv] . Il code pour une protéine (intégrase) spécialisée dans l’intégration de l’ADN dans le génome humain.
        Plusieurs maladies auto-immunes ont été associées à l’activité de HERVK [xv] .
        Il fait également partie de la même famille de rétrovirus que le virus MMLV utilisé dans un essai de thérapie génique, dans lequel une insertion génique inappropriée (mutagenèse par insertion) a conduit à des mutations somatiques supplémentaires et à un cancer chez 4 des 9 jeunes garçons [xvi] .
        Il est donc possible que le fragment de gène HERVK présent dans le vaccin RRO soit actif, code pour l’intégrase ou pour la protéine d’enveloppe et puisse ainsi induire l’insertion d’un gène, favorisant ainsi la mutagenèse insertionnelle et l’auto-immunité.

        La présence à la fois de l’ADN fœtal hautement contaminant et de la contamination par HERVK dans le vaccin RRO représente un risque non étudié, avec des implications et des risques énormes pour la santé individuelle et publique.

        Solution: Les fabricants de médicaments reviennent aux vaccins antirubéoleux dérivés de lignées de cellules animales, comme cela a été fait avec succès au Japon :

        Basé sur les souches Takahashi du virus vivant atténué de la rubéole, produit sur des cellules rénales de lapin. Il a récemment été prouvé qu’une seule dose de ce vaccin conservait l’immunité pendant au moins 10 ans lorsque la rubéole était sous contrôle régional [xvii] .
        Divisez le vaccin ROR en trois options proposées individuellement, comme au Japon.

        Le processus de fabrication du vaccin ROR doit être modifié pour traiter et éliminer les risques susmentionnés pour le public.

        Merci pour votre considération. Je serai heureux de répondre à vos questions concernant ce qui précède.

        Cordialement,

        Theresa A. Deisher, Ph.D.

        1. Mr Rabbit a dit :

          – Le Dr Paul Offit, directeur du Vaccine Education Center de l’hôpital pour enfants de Philadelphie , a déclaré que la théorie auto-immune n’était pas plausible. «C’est comme jeter une balle de ping-pong au sommet de l’Empire State Building en espérant qu’elle atterrira dans l’un des 7 milliards de petits bocal à poissons.» Dans cette analogie, le matériel génétique contenu dans les vaccins représente la «balle de pingpong» d’Offit et le «petit bocal à poissons» sont les cellules de notre corps qui sont protégées par des membranes cellulaires, qui devraient être pénétrées par l’ADN. De plus, l’ADN dans le vaccin devrait le faire sans endommager la membrane cellulaire pour le contaminer efficacement, comme le prétend Deisher. Les vaccins contiennent du matériel génétique issu des lignées de cellules fœtales dont ils ont été dérivés il y a plusieurs décennies, mais leur quantité est incroyablement petite – des nanogrammes, qui représentent environ un milliardième de gramme. Le matériel est très fragmenté et, pour que le matériel génétique puisse pénétrer dans une cellule, il faudrait un processus chimique extraordinaire. Offit note que si les affirmations de Deisher étaient vraies, «ce serait la meilleure nouvelle pour la thérapie génique à ce jour».
          – Tim Kamp, co-directeur du Centre de médecine régénérative et de cellules souches de l’Université du Wisconsin-Madison, a déclaré qu’il était impossible de faire en sorte que des cellules pluripotentes (également connues sous le nom de cellules iPS) se développent dans une boîte de Pétri de la même façon que les êtres humains se développent in utero. et pour la recherche sur les maladies cardiaques initiée par sa collègue Gail Robertson, ils ont besoin de tissu foetal. «Certains aspects de la biologie du développement ne peuvent pas être réalisés à l’aide de cellules iPS», a déclaré Kamp. «Il existe différents outils utilisés pour différentes recherches. Vous voulez avoir accès à tous les outils que vous pouvez, mais retirer le tissu foetal de la table ralentira les progrès. C’est assez simple.  »
          – Deisher est atomisée ici : https://sciencebasedmedicine.org/aborted-fetal-tissue-and-vaccines-combining-pseudoscience-and-religion-to-demonize-vaccines-2/

  2. vous devriez aller voir le film VAXXED a lieu de répéter des mensonges sur le dr wakefield.
    par ailleurs je n’ai pas été condamné en 1997 , où allez vous chercher de telles fables?
    je donne dans mon livre « vaccins un génocide planétaire? » les études de l’OMS qui montrent que dans bon nombre d’épidémies, ce sont les vaccinés qui meurent le plus.
    le drame c’est que les gens qui ne veulent pas remettre leurs idées en question ne vont pas voir toutes les études et les écrits qui montrent autre chose que les dogmes de la vaccinologie…
    à chacun de se donner la peine d’aller voir hors des sentiers battus du conformisme…
    chaque individu est différent des autres, alors donner à tous le même produit est une aberration
    la médecine c’est de soigner chaque personne en tenant compte d’elle pas de distribuer à tous des produits toxiques. si vous osez lire la liste de tous les produits qui se trouvent dans les vaccins (je la tiens à disposition de ceux qui la veulent, c’est la liste officielle des USA!) vous serez édifiés : des dizaines de substances toxiques dont des métaux lourds, des cellules de veau et de boeuf (cela va plaire aux musulmans!) et tout un lot de produits chimqiues, on croit rêver!

    1. Sébastien a dit :

      Je ne vois pas en quoi les cellules de veau ou de boeuf dans les vaccins iraient peiner les musulmans. Les hindous sans doute, les vegans certainement, mais les musulmans… Sauf à confondre avec des cellules de porc (il n’y a d’ailleurs que très peu de vaccins présentant des traces de gélatine porcine).

      Confondre des espèces aussi différentes, c’est quand même pas banal. Et pas rassurant.

      M’enfin moi j’suis pas médecin. Ni vétérinaire. J’suis qu’un pauvre ingénieur, voyez.

    2. LouVeha a dit :

      Il est fort amusant que certaines personnes soient persuadées qu’il suffit de lire une liste d’ingrédients de vaccins pour avoir une révélation et changer instantanément d’avis sur la question.
      Pourquoi donc utiliser « la liste officielle des USA » ? Pourquoi pas les RCP / notices des vaccins français, plus pertinentes pour juger des vaccins disponibles en France ? Sont-elles incomplètes ?
      Site de l’ANESM : http://agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/index.php
      Site plus facile à parcourir : https://www.mesvaccins.net/web/vaccines

      Etant donné que vous ne démarrez pas avec un public acquis à votre cause, qui n’est pour l’instant pas persuadé de perdre son temps et son argent avec votre livre, que diriez-vous de nous fournir un exemple des « études de l’OMS qui montrent que dans bon nombre d’épidémies, ce sont les vaccinés qui meurent le plus » ?

      De même, qu’est-ce que le film Vaxxed apporte sur le Dr Wakefield par rapport aux « mensonges » de cet article ?

    3. sansrancune a dit :

      De la sorte vous préconisez des antibiotiques personnels, de l’eau et des aliments personnels voire un air personnel à respirer aussi ?
      Des métaux lourds dans les vaccins ? Lesquels ?
      Les instances religieuses qui vont s’ériger contre ? Avez vous pensé à vous renseigner sur ce sujet avant d’en parler ? On croirait lire farida Belghoul. L’autorisation a été donnée en 2002, considérant que les transformations subies et leur non présence dans le produit fini ne posaient aucun problème.
      On croit rêver ? sur ce point en vous lisant, je suis d’accord avec vous.

      1. Ghanem a dit :

        Je crois que le docteur Schaller a raison trop tôt. Nier qu’îl y ai des métaux lourds dans les vaccins aujourd’hui est un déni de réalité. Et oui je confirme : il suffit de lire une liste d’ingrédients de vaccins pour avoir une véritable révélation. Voir la liste des USA ou en France ne change rien à la donne. C’est juste qu’en France, on a une tendance à cacher la vérité de manière systématique.

        Aller donc voir mon collègue donc le fils est devenu autiste juste après un vaccin. Allez lui dire que le vaccin n’est pas LA cause de son autisme. Quand des personnes comme vous sont dans le déni de réalité, cela relève de la pathologie. Bref, tant que cela ne touchera pas votre chair, vous resterez endormi.

        1. LouVeha a dit :

          « il suffit de lire une liste d’ingrédients de vaccins pour avoir une véritable révélation. »
          D’accord. Qu’est-ce qui dans ces listes est une « révélation » ?
          (Pour la vérité cachée de manière systématique, les notices sont dans le paquet et j’ai cité au moins deux sites qui permettent d’accéder facilement à ces notices…)

        2. sansrancune a dit :

          @Ghanem
          Vous croyez que Mr Schaller a raison trop tôt, mais vous croyez aussi que des composants sont cachés et non répertoriés sur les notices, et que la vaccination provoque l’autisme.
          Lire une notice pour avoir une révélation, il suffit en général d’ouvrir la boîte tout simplement pour la trouver.
          Après sous prétexte que les noms soient compliqués, ça ne révèle pas leur toxicité, mais plutôt le fait que le lecteur n’est pas familier de ces composants.
          Pour les métaux lourds je n’ai toujours pas réponse à ma question, lesquels sont-ils ?
          Et pour le lien autisme ROR il y a bien que les gens qui ne connaissent rien au sujet et qui se laissent désinformer qui l’affirment encore.
          Mais la réalité vous intéresse-t-elle seulement ?

          1. Ghanem a dit :

            Les métaux lourds sont l’aluminium et le mercure. C’est pourtant connu depuis longtemps. Les preuves sont là. Mais encore une fois, il faudra peut être attendre que cela touche vos gosses pour enfin comprendre ?

          2. LouVeha a dit :

            Ok, je voulais être bien certaine de quels métaux lourds vous parliez.
            Pourriez-vous me dire quels vaccins contiennent du mercure (ou plutôt du thimerosal / thiomersal) ? Parce que normalement les vaccins destinés aux enfants ne sont plus sensés en contenir en France, et dans d’autres pays comme les USA d’ailleurs. Cela a d’ailleurs servi d’expérience grandeur nature pour dédouaner le thimerosal, vu que son retrait n’a pas eu d’effet sur le nombre d’autistes. Cela montre du coup qu’il ne suffit pas de dire « il y a du mercure / des métaux lourds dans les vaccins » pour conclure automatiquement à leur toxicité.
            Je pourrais cependant me tromper, donc pourriez-vous me donner des noms précis de vaccins contenant du thimerosal ?
            Quant à l’aluminium, ce n’est pas forcément un métal lourd, d’où ma question (la catégorie des « métaux lourds » est assez floue).

    4. Jean-Marc Lebourg a dit :

      « le drame c’est que les gens qui ne veulent pas remettre leurs idées en question ne vont pas voir toutes les études et les écrits qui montrent autre chose que les dogmes de la vaccinologie… »
      Bravo Christian c’est exactement ce que je pensais à la lecture de l’article qui tente de « démonter » vos arguments exposés dans votre vidéo.
      D’ailleurs ça fonctionne dans les 2 sens ce principe 🙂
      A la base je suis scientifique (astrophysique) mais petit à petit j’ai réussi à faire appel à autre chose qu’aux protocoles de recherches, aux études, aux seuls chiffres, statistiques etc.
      La santé ayant toujours été une préoccupation prioritaire dans ma façon de vivre, je suis donc devenu hygiéniste naturopathe, sans forcément adhérer à toutes les lois établies par ces 2 disciplines, mais ça m’a permis, avec l’expérience de thérapeute, petit à petit de comprendre ceci:
      « à chaque fois que l’on contourne la nature, et ce qu’elle a mis des millions d’années à mettre en place par l’évolution et les équilibres installés: il y a un prix à payer !!! »
      Et ceci est valable en nutrition, en soins divers et variés, en écologie etc.
      Quand il y a un doute sur une pratique ou l’on ne maitrise pas TOUS les aspects qui vont avec, je choisis toujours de me ranger vers la pratique « naturelle ». Depuis que j’applique ça, je n’ai jamais d’échecs, je n’obtiens que des bons résultats ! Ca demande un effort mental de relativisation et de remise en cause et des choix qui ne sont pas toujours faciles, mais ça vaut tellement le coup !
      En l’occurrence pour les vaccins je n’ai pas réussi à être convaincu par une pratique dont le principe 1er n’est qu’une vision mécanique très grossière de la façon dont fonctionne le système immunitaire, que pourtant on est loin, mais très loin, d’avoir compris dans son ensemble.
      Je pense en conséquence qu’on joue aux apprentis sorciers avec le corps humain ! Si seulement on consacrait le 10ème des efforts que l’on consacre à la recherche en vaccinologie, à éduquer les gens pour avoir une meilleure hygiène de vie naturelle on sauverait sans doute bien plus de vies au final… mais ça serait beaucoup moins lucratif et là il faudrait que nos sociétés se mettent à fonctionner d’une toute autre façon 😉

      1. Mr Rabbit a dit :

        Je ne vois pas ce qu’une « meilleure hygiène de vie naturelle » peut faire contre le tétanos……….

        1. Jean-Marc Lebourg a dit :

          @Mr Rabbit: ça peut permettre d’y survivre bien plus facilement!
          Tout simplement car elle ne provoque la mort que dans 20 à 30 % des cas, donc plus le système immunitaire est fort plus vous avez de chances de guérir…
          En effet le corps est capable de se débarrasser du Clostridium tetani, il suffit ensuite d’attendre que la toxine générée par cette bactérie s’épuise.
          Les personnes avec une bonne hygiène de vie sont bien plus résistante aux infections et sont capables de les éliminer plus facilement que celles qui ont leur système immunitaire à plat car trop sollicité par la mal bouffe, l’alcool, le tabac ou la sédentarité, la pollution etc.
          C’est comme ça que fonctionne le corps humain et je le constate au quotidien en consultations 🙂

          1. Mr Rabbit a dit :

            Vous ne pouvez PAS le voir en consultation. Vous n’êtes qu’un humain.
            On a inventé la science justement pour limiter les biais humains car on s’est aperçu que ce genre de constat « je le vois tous les jours » ne vaut absolument RIEN.

            Donnez moi des études bien faites sur la capacité du corps à mieux éliminer la toxine grâce à l’hygiène de vie, et je les consulterais avec plaisir.

          2. Jean-Marc Lebourg a dit :

            @Mr Rabbit: je suis scientifique de formation et je sais très bien ce que vaut l’expérimentation et l’observation. Bien entendu on ne peut en tirer aucune loi, par contre dire que ça ne vaut RIEN est une erreur car ce sont des paramètres indicatifs qui permettent d’orienter les recherches.
            D’autre part, et particulièrement en biologie de santé il est devenu problématique aujourd’hui d’accorder trop d’importance aux études, car celles-ci on un grave défaut: elle sont le plus souvent bien trop spécifiques et ne tiennent pas assez compte du vivant dans sa globalité, or comme on est très loin d’avoir compris le tous les mécanisme du vivant et de la santé, on se fourvoie en suivant bien trop les résultats des études. Sans compter les facteurs d’interprétation des résultats qui apportent là aussi des variables qui n’améliorent pas le poids qu’on pourrait leur donner.
            Il n’y a qu’a voir les résultats qu’obtient la MTC qui s’appuie uniquement sur l’observation du vivant par rapport à notre médecine qui ne s’appuie que sur les études (et l’expérimentation sur les morts à son fondement)…
            Pour bien des soucis de santé simple et quotidien, notre médecine est impuissante et ne s’attache qu’a masquer les symptômes, là ou la MTC va aider le corps à régler le problème.
            Donc ce discours de l’observation ne vaut rien et il n’y a que les études qui compte est exactement ce qui cloche aujourd’hui avec la façon d’aborder la santé dans nos pays et particulièrement en France !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.