Brèves d’Utopia #1 – Prouvez-moi que ça n’existe pas !

“Prouvez-moi que ça n’existe pas !”

Une vidéo en Utovision !

Voir la vidéo

 

En bref, voilà bien une chose qu’on peut entendre régulièrement dans les repas de famille ou les débats télévisés… Prouver l’inexistence de quelque chose est pourtant une tâche bien plus difficile qu’il n’y parait ! Dans la plupart des cas, il s’agit même d’une mission impossible ! Nous pouvons estimer qu’il y a très peu de chances qu’une chose existe si, par exemple, nous sommes face à une absence de preuve de son existence. Mais l’absence de preuve, n’est pas la preuve de l’absence : La certitude ne pourra jamais être totale.

Prenons l’exemple de petits lutins des bois. Par extravagance esthétique, notre imagination débordante les concevra bleus. Ou rouge. Non bleu, c’est bien. Nous les nommerons Bidules, ou Smurfs… Non : Schtroumpfs. Si les Schtroumpfs existaient, il serait simple de le prouver : il suffirait d’en attraper. Mais comment feriez-vous pour prouver qu’ils n’existent pas ? Facile : Puisque personne n’en a jamais attrapé, c’est que ça ne doit pas exister… On se retrouve alors bien embêter lorsqu’on nous répond qu’ils sont trop difficile à trouver et vraiment très malins, échappant à tous nos pièges…

Un grand logicien, Bertrand Russell, a illustré ce problème avec sa désormais célèbre théière céleste. Orbitant entre la terre et mars et trop petite pour être détectée par nos plus puissants télescopes, l’inexistence de la dites théière ne pourrait être affirmée. Pour autant, ce n’est pas parce qu’on ne peut pas prouver son inexistence qu’il est raisonnable de croire en son existence.

En prenant des cas comme les licornes, les extra-terrestres, Dieu, ou la télépathie… Nous en arrivons aux mêmes conclusions. Et par corollaire, il est également impossible d’affirmer que les effets nocifs de produits que nous respirons ou ingérons n’existent pas.

Dans tous ces cas, nous ne pouvons qu’analyser le niveau de preuve et considérer si celui-ci est suffisant pour évaluer l’existence de quelque chose. L’inexistence, en règle générale, ne se prouve pas, elle s’estime.

Mais il est vrai que dans certains cas, on peut prouver l’inexistence.

Par exemple : “Prouve-moi qu’il n’existe pas de film de George Roméro produit par Disney !”

Il suffit de regarder la liste des films réalisés par Roméro et vérifier si aucun n’est produit par la firme aux oreilles rondes. On aura prouvé l’inexistence de ce film.

Mais dans la plupart des cas, notamment ceux en lien avec la science, c’est impossible étant donné le caractère évolutif du champs des connaissances…

C'est en partageant que le Projet Utopia deviendra celui de tous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *