Retour sur l’épisode 1 : Youtube, Juncker et la censure

Bonjour

et bienvenue sur le Projet Utopia

 

 

Nous avons hésité à réaliser une seconde vidéo suite à la sortie de Pardon Youtube (rappelons que notre vidéo sur le sujet est sortie avant), et suite aux nombreux commentaires intéressants sous la vidéo. Nous avons préféré rédiger un texte pour le blog, nous laissant ainsi plus de temps à consacrer à la prochaine vidéo (qui avance lentement mais qui avance). Nous ne reviendrons pas sur la vidéo de Guilhem, qui a déjà suffisamment fait les frais de la critique, ni de la réponse de Raj, tout aussi mal argumentée. Revenons donc à notre Youtube, Juncker et la censure :

Le principal problème de notre vidéo est très certainement son angle d’attaque. Si c’était à refaire, nous la referions certainement différemment, en essayant d’être plus équilibré concernant les problèmes que soulèvent les techniques de manipulation d’Osons causer et leurs amis, mais aussi de Youtube et du système dans lequel il s’inscrit (système politique, économique, et les pressions que celui-ci exerce sur ses employés).

Nous ne défendons pas YouTube. Nous ne nions pas les faits, puisque nous disons bien dans la vidéo : « il semblerait donc qu’il y ait eu manipulation des deux côtés ». Mais effectivement, l’angle choisit – celui de suggérer qu’il y a aussi manipulation du côté de Laetitia et cie – déséquilibre l’ensemble et donne l’impression que nous soutenons Youtube. Remettons-nous dans le contexte, la démarche initiale qui a été la notre fut celle-ci :

Voyant la toute première vidéo être abondamment partagée sur les réseaux sociaux, vidéo oréolée d’un bandeau particulièrement attrayant “YOUTUBE ME CENSURE A LA COMMISSION EUROPEENNE”, nous avons eu le sentiment de nous être fait avoir. Non pas que ce qui était dénoncé soit fondamentalement faux – Laetitia a réellement subit des pressions – mais plutôt que “censure”… Il n’y avait pas ! Tentative de censure, en amont, à la rigueur, oui. Mais c’est déjà très différent : Youtube n’a finalement pas censuré, et n’a pas clairement dit : “Tu ne peux pas dire ça c’est interdit”, mais juste “On va en parler avec Natacha, il y aura certainement un red flag”. “Certainement”. Pas de censure avérée donc (et au final la vidéo est toujours en ligne et Laetitia n’a pas été empêchée, elle a même été félicité !).

Notre esprit critique s’est alors mis en route devant cette façon de tenter de manipuler l’opinion de la part de Laetitia (nous ignorions à l’époque l’implication des autres). Nous avons cherché les jours suivant tous les articles et vidéos sur le sujet, et il nous a semblé que l’interprétation était gonflée. Non pas fausse. Gonflée. Boostée à l’effet d’annonce (le bandeau, les extraits incriminants montré en début de vidéo…) et à la manipulation des images (via des extraits tronqués), et jouant abondamment sur le storytelling à la “David contre Goliath”. Découvrant l’implication de Raj (dont l’honnêteté intellectuelle nous paraît parfois très limite, comme expliqué dans la vidéo) et d’Osons causer (qui aiment un peu trop faire parler d’eux pour sembler profondément honnêtes dans leur actions), nous nous sommes interrogés sur la démarche associée à cette vidéo. Et il nous a semblé – avis visiblement partagé par bon nombre de vidéastes connaissant bien le milieu – que la forme ressemblait plus à une opération de com’, qu’à une véritable analyse, profonde et pertinente, des dérives d’un système.

Bien évidemment, Osons Causer parlent souvent de ces dérives dans leurs vidéos, et cette opération de com’ leur à apporté des abonnés qui vont ainsi mieux découvrir les méandres du système (ils ont au passage augmenté leur revenus, Youtube et Tippee, ce dernier ayant été multiplié par 4 depuis la sortie de la première vidéo). Mais combien auront vu la première vidéo et se seront arrêté à l’effet de manche ? Où est la pertinence ? N’aurait-il pas été plus intéressant/intelligent/judicieux de réaliser une analyse de fond en même temps, un peu comme ça a été le cas avec PARDON YOUTUBE ?

Ce spectacle offert par Laetitia et ses amis visait bien plus à susciter l’émotion, qu’à expliquer les subtilités de la situation politico-sociale. Voyant l’intérêt potentiel d’une telle démarche et la manière dont elle est bafouée (juste un effet d’annonce pour faire le buzz), mais également les limites de ce qui nous est montré (via la manipulation des images), nous avons voulu jouer aussi à ce petit jeu de la manipulation des images en montrant qu’on pouvait également trouver d’autres explications – crédibles – de ce qui nous est montré. Nous nous sommes donc attelé à la tâche, essayant de voir s’il était possible de tirer d’autres conclusions avec les éléments en notre possession. C’est ça l’esprit critique : prendre du recul, explorer les différentes potentialités afin d’en tirer des conclusions.

Ici, nous n’exposons pas notre conclusion définitive, nous proposons une alternative (que nous pensons crédible) et invitons le spectateur à s’interroger sur ce qu’il regarde, en prenant en compte les différents aspects de l’affaire. Ce qui nous semble sain et qui est notre propos principalSi nous n’avons pas d’emblée joué sur l’équilibre entre les deux “versions” (et c’est certainement une erreur de notre part), c’est qu’il nous semble que l’aspect manipulation par l’employé Youtube a suffisamment été mis en avant par les vidéos d’Osons causer, Raj et Laetitia. Nous ne la nions pas, nous l’expliquons même à plusieurs reprises, mais axons sur la démarche d’explorer d’autres possibilités d’interprétations, car au vue des manipulations narratives, émotionnelles et interprétatives des vidéos d’origines… Mieux vaut se poser des questions ! (Que ce soit sur le fond des choses, ou sur les motivations de la petite troupe)

Il faut bien comprendre que notre vidéo ne s’inscrit pas dans un contexte où elle seule existe, elle s’inscrit dans un contexte où celles de Laetitia, celle de Libé et la vidéo des coulisses existaient déjà et avaient énormément buzzées (sans parler des émissions TV qui en ont parlé). Puisque notre démarche était de faire prendre du recul sur les méthodes et donc par conséquent par ce qui est annoncé dans la vidéo, forcément il en découle le sentiment que nous prenons parti pour Google, alors qu’en réalité, nous estimons plutôt qu’en prenant en compte le fait que les gens auront forcément vu les autres vidéos, ce n’était pas la peine de revenir dessus. Le choix de cet angle est effectivement le plus gros défaut de notre vidéo, nous avons déjà fait il y a plusieurs jours un disclaimer sur notre facebook à ce sujet. En voici un plus conséquent, aujourd’hui.

Mr Rabbit & Mr Black

 

 

 

P.S : Pour discréditer les croyances de certains, nous n’avons pas créé la chaîne youtube Projet Utopia « pour discréditer la vidéo de Laetitia », elle ne devait pas être notre première vidéo, l’urgence de l’actualité en a décidé autrement. D’autres vidéos sont en chantier, sur bien d’autres sujets.

Lire le premier article sur le sujet, avec les sources (et les fautes…) : http://projetutopia.info/ep01youtubecensure/

Preuve que nous ne sommes pas les seuls à y voir plus de manipulation de que fond (ATTENTION : nous n’adhérons pas au ton de l’article ni à tous les arguments) :

https://maniacgeek.net/2017/01/02/grosse-arnaque-pardon-youtube-comment-on-a-hacke-google-et-la-commission-europeenne/

C'est en partageant que le Projet Utopia deviendra celui de tous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *